Samedi 25 octobre 2008 : Tunis - Sidi Bou Said

Hier soir nous avons eu la bonne surprise d'avoir la confirmation de nos vols retour pour Marseille. Ceux-ci sont prévus pour 20h le dimanche 26 octobre et une navette viendra nous récupérer à l'hôtel vers 16h30. Par conséquent, nous pouvons programmer notre dernier soin de thalasso pour le dimanche matin et profiter de la journée complète pour découvrir à notre rythme Tunis et Sidi Bou Said.
Départ de l'hôtel vers 08h00-08h30 pour rejoindre l'autoroute en direction de Tunis. Pour éviter de circuler en voiture dans Tunis, nous prévoyons de laisser notre véhicule au parking en bas de Sidi Bou Said et de prendre le TGM (train qui dessert les villes à l'est de Tunis comme Gammarh - La Marsa - La Goulette - Carthage) pour rejoindre le centre de Tunis.
A l'entrée de Tunis, nous bifurquons à droite en direction de la Goulette et mettons 20 bonnes minutes pour rejoindre Sidi Bou Said en suivant la direction de La Marsa. En effet, tout le long du trajet nous ne trouvons aucun panneau indiquant le village de Sidi Bou Said. Est-ce fait exprès pour préserver cet endroit  de la cohue de touristes ?? Enfin, un panneau apparaît seulement quelques kilomètres avant l'entrée du village. Nous sommes dans la bonne direction.
Nous garons notre véhicule en bas du village puis nous nous rendons à la gare pour prendre le train vers Tunis. Le prix des billets est dérisoire (environ 2DT pour une famille de 4 personnes en Aller/retour). Nous attendons environ 5-10 minutes lorsque le train arrive. A peine montés, nous observons des jeunes en train de faire les zouaves. Les premiers bloquent les portes avec leurs pieds, d'autres sautent dans le train en marche, certains restent carrément à l'extérieur du wagon et s'accrochent à la portière pour ne pas tomber. Il y en a même un qui est monté sur le wagon un peu comme Belmondo dans"Peur sur la ville". Nous sommes consternés !!
Dans le train personne ne bronche, il faut croire que c'est peut être souvent le même scénario.
Environ 30 minutes plus tard, nous arrivons sur Tunis. Une Tunisienne nous accompagne et nous remontons l'avenue Bourguiba (encore lui !) pour arriver à une horloge qui ressemble un peu à Big Ben à Londres.
Au bout d'une vingtaine de minutes de marche à pied nous arrivons enfin  à la Place de la Victoire qui marque l'entrée de la Médina.Pour visiter la médina nous avions prévu, comme à Kairouan , de prendre un guide professionnel. Mais comme nous avons été relativement déçus par la prestation de notre guide à Kairouan, nous préférons découvrir les souks et les monuments de la médina par nous mêmes. Nous commençons par remonter  la rue Jamaa Zitouna bordée de nombreuses échoppes puis arrivons directement à la mosquée Ez-Zitouna qui date du 7e siècle. Mais là, grosse déception car contrairement aux autres mosquées visitées jusqu'à présent on ne peut même pas accèder à la cour. On nous dit qu'il faut attendre 15 heures pour pouvoir entrer.
Nous continuons notre exploration (heureusement j'ai avec moi un plan mais même avec ça reste compliqué)par le complexe des trois médersas puis par la visite du Tourbet El Bey qui est un mausolée des princes husseinites ainsi que d'un certains nombre de leurs ministres ou de leurs serviteurs fidèles dignitaires et qui date du 18e siècle. Les tombes creusées dans le sol sont marquées par des coffres de marbre ornés de motif en bas-relief au-dessus desquels se dressent des colonnes prismatiques à inscription, surmontés d'un turban ou d'un tarbouch sculpté dans la pierre quand le défunt est de sexe masculin.
A peine sorti du bâtiment (actuellement en rénovation) que je tombe sur un homme qui me propose de lui servir de guide. J'hésite un peu et avant de m'engager je lui demande ce qu'il m'en coûtera. Celui-ci me dit de ne pas m'inquièter et que ce qui l'intéresse c'est avant tout de répandre son savoir et sa connaissance.
En fait, ce monsieur se révèle être une providence car il connaît parfaitement les monuments et les ruelles de la médina. Nous visitons ensemble le musée des arts et traditions populaires Dar Ben Adballah ainsi que le Dar Othman. Ses explications sont concises mais précises et je me dis qu'en fin de compte j'ai bien fait de ne pas prendre le guide officiel initialement prévu. L'heure du repas de midi arrive et je lui propose de l'inviter à déjeuner. Celui-ci refuse mais me dit que si je veux continuer la visite de la médina il sera du côté du Tourbet El Bey à l'endroit où nous nous sommes rencontrés. Nous nous quittons et ma femme lui laisse 5DT ce qui, compte tenu de sa prestation et de sa gentillesse, est peu payé.
Nous déjeunons au coeur de la médina et je suis content car je vais pouvoir goûter une nouvelle spécialité tunisienne, à savoir : la mloukhia qui est un plat de viande qui lorsqu'on le voit semble peu ragoûtant (la sauce épicée est noire et on dirait une nappe de pétrole) mais qui, au final, s'avère avoir un très bon goût.
Après ce repas, nous déambulons à nouveau dans les dédales de rues à la recherche de notre ami rencontré il y a peu mais comme nous n'arrivons pas à retrouver le Tourbet el Bey et que l'heure commence à tourner nous décidons avant de quitter la médina de nous rendre au palais d'Orient qui propose une vue panoramique de la médina et qui se trouve dans le souk de la laine (souk souafi). Pour cela, nous sommes à nouveau aidé par un monsieur qui nous accompagne directement sur la terrasse du palais d'Orient qui semble être un lieu prestigieux puisqu'on y voit encadrés Chirac, Sarkozy et même Pasqua. La vue sur la médina est un pur moment de bonheur qui me fait dire que nous avons bien fait de choisir de nous débrouiller par nos propres moyens. Si vous aviez choisi de visiter la médina en groupe, sachez que c'est le genre de spectacle que vous ne verriez pas.
 

 

Le monsieur qui nous accompagne possède une boutique où l'on vend des extraits de parfum et comme il nous a rendu service nous nous arrêtons quelques instants dans son magasin. Il nous sort une dizaine d'extrait (dont j'ai oublié les noms) qu'il nous fait sentir et qui ont tous une odeur très fruitée. J'ai bien envie de craquer mais ma femme me rappelle à l'ordre et nous sortons du magasin sans rien acheter mais en n'oubliant pas de le rémunérer 5DT pour nous avoir guidé jusqu'au palais d'Orient. Nous quittons la médina et sur le chemin du retour nous nous arrêtons à un bar pour prendre un thé à la menthe et deux glaces italiennes pour les enfants. Un conseil : contentez-vous des spécialités locales car concernant les pizzas mangées à Sousse et les glaces c'est franchement pas terrible (comme les thés à la menthe d'ailleurs !).
Nous reprenons le TGM en direction de Sidi Bou Said et, contrairement à l'aller, le train est bondé et nous devons restés debout pendant quelques stations. Cette fois-ci le trajet se passe tranquillement sans Belmondo à bord.
A peine arrivés dans le village que nous sommes envahis par le flot de touristes ininterrompu. On dirait le mont Saint Michel tunisien.
Nous visitons la maison Dar El Annabi typique avec ses couleurs bleu et blanc. Elle comporte de nombreuses pièces dont une salle de prière et un patio où nous nous asseyons pour prendre un thé à la menthe offert par la maison. Un endroit magique à ne manquer sous aucun prétexte.


Nous remontons la rue principale du village et tombons sur le café des Nattes.

Nous continuons notre visite du village lorsque nous apercevons juste à droite du café des délices un marchand de bambalounis (espèce de beignet sucré spécialité de Sidi Bou). Un vrai régal ! Nous terminons notre parcours car nous devons dèjà repartir pour Nabeul. Nous serions bien restés encore un peu.
Le prix du parking est dérisoire puisque nous payons 1DT ce qui doit être un prix forfaitaire puisque notre voiture est restée garée toute la journée. Donc, le choix de prendre le TGM n'était pas une si mauvaise idée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :