Mardi 21 octobre 2008 : tour du Cap Bon en voiture

Départ vers 8h30 de l'hôtel pour une journée à la découverte du Cap Bon.
Nous nous dirigeons vers Grombalia puis Soliman et nous bifurquons vers Korbous.
Juste avant d'arriver vers Korbous nous nous arrêtons pour admirer la vue sur le golfe de Tunis.
Nous descendons sur Korbous et nous nous arrêtons sur un parking juste avant le panneau indiquant la source de Ain Atrouss. En contrebas du parking nous apercevons cette source d'eau chaude (60°C) qui se jette dans l'eau de mer et qui a des vertus diverses. D'ailleurs nous engageons la conversation avec une dame qui vient spécialement de Sousse (2h de route) pour profiter de cette eau bienfaisante. Je dois rappeler ma femme à l'ordre à plusieurs reprises car elle ne veut plus sortir de l'eau qui lui fait beaucoup de bien.
Nous décidons de partir et au moment de reprendre la route un homme sortit de nul part nous demande de payer le parking. Il y a bien un panneau qui dit que le stationnement est payant mais à 500 mètres. Malgré tout nous décidons de payer et en échange il nous remet un bon de parking qui semble être "officiel". Ceci me rappelle la même anecdote lorsque nous étions partis en Andalousie en Espagne. Un homme était venu nous voir, il n'avait pas d'habits de policier ou de fonctionnaire et nous avait demandé de payer le stationnement. Nous nous sommes toujours demandés si c'était un piège à touriste ou si c'était parfaitement légal. Mais comme on est à l'étranger on ne réfléchit pas trop et on crache pour éviter d'avoir des problèmes.
Korbous étant un cul-de-sac nous faisons demi-tour puis nous nous dirigeons vers nôtre prochaine ville qui est El Haouria. Sur la route nous croisons beaucoup d'écoliers en train de marcher pour rentrer chez eux. Nous comprenons que la voiture reste un luxe que peu de Tunisiens peuvent s'offrir et que les bus sont peu nombreux. C'est pourquoi nous décidons de prendre en stop une jeune professeur qui rentre chez elle à Kélibia (environ deux heures de route de là où elle enseigne). Comme beaucoup de Tunisiens elle parle le français et nous discutons ensemble pendant le trajet.
Nous arrivons à El Haouria puis traversons le village pour nous diriger tout au bout du Cap Bon pour visiter les grottes de Ghar el Kébir. Malheureusement, le site est fermé depuis un certain temps (2 ans) et bien entendu aucun guide (le routard ou les autres) ne vous le signale. Malgré tout nous décidons de faire une halte dans ce superbe écrin naturel. Nous marchons le long d'un chemin rocailleux qui serpente le long du restaurant la Daurade. Au bout de 200 mètres, nous arrivons dans un espèce de village de pécheurs (est-ce vrai ou est-ce une reconstitution?) qui semble désert et nous profitons de la maginfique vue sur la Méditerranée.
Nous décidons de déjeuner au restaurant la "Daurade". Dès notre arrivée, nous sommes pris en charge par la patronne qui nous présente sur un plateau divers poissons frais du jour dont des daurades. C'est sans doute ce qui lui rapporte la marge la plus confortable. Nous demandons le prix pour deux petites daurades et il s'avère que ce n'est pas très bon marché et nous préférons choisir directement sur la carte où ,pour le même tarif, on mange de très bonnes choses. A l'arrivée de nouveau clients, elle essaiera de vendre ses poissons du jour avant de présenter la carte. Quoi qu'il en soit une très bonne adresse où la nourriture est excellente et le cadre enchanteur.

Nous repartons vers El-Haouria et prenons la route vers le site punique de Kerkouane. La aussi les guides vous présente ce site comme "un ensemble urbain très visible : de belles rue pavées, de vastes places, des boutiques, des escaliers, de grosses colonnes çà et là". L'entrée est de 4DT + 1DT de droit photo et je parcours cette cité dont les vestiges ne dépassent pas la hauteur des genoux en une dizaine de minutes car pour moi il ne s'agit que d'un amas de pierres sans aucun charme et mon esprit a du mal à imaginer la structure de cette ville fondée au 6e siècle avant J.C. Pour mieux se rendre compte de ce qu'elle était à son origine il faut se rendre au musée attenant qui propose une maquette de Kerkouane, des bijoux, des céramiques....
Nous reprenons la route en direction de Kélibia où se trouve une forteresse construite au 6e siècle par les Byzantins. Mais nous ne la trouvons pas et traversons la ville sans nous arrêter. Nous nous baignons du côté de Menzel Temime et sur la route de Korba nous nous arrêtons pour observer une colonie de flamants roses qui nous rappelle la Camargue.
De retour à l'hôtel, nous avons la bonne surprise de trouver notre voucher de prise en charge pour nos soins de thalasso ; nous prenons donc rendez-vous pour jeudi après-midi car demain nous aurons besoin de la journée complète pour visiter Kairouan.
Cette journée n'a pas vraiment été inoubliable car en fin de compte cet itinéraire de plus de 150 kilomètres ne révèle rien de particulier si ce n'est l'arrêt à Korbous et à la pointe du Cap Bon. Il aurait été préférable de prévoir un autre itinéraire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :