Jeudi 23 octobre 2008 : Sousse et Monastir

Ce matin nous prenons la route pour Sousse. Après 1h30 de route nous décidons d'aller au point le plus éloigné à savoir Monastir.

Nous nous garons près de la forteresse et demandons à un jeune homme de nous indiquer la direction des principaux monuments de la ville. Celui-ci se trouve être de Monastir et se propose de nous accompagner. L'avantage de cette ville est que tous les centres d'intérêt sont regroupés dans un même périmètre. Nous commençons par la grande mosquée Bourguiba qui est de construction relativement récente. L'ensemble est assez monumental mais la réalisation est restée fidèle aux principes et techniques traditionnels. La salle de prière comporte 86 colonnes en marbre rose et les vantaux de ses 19 portes sont en teck ouvragé. Contrairement  à la mosquée de Kairouan, le lieu pour les ablutions se trouve intégré dans la cour intérieure.

Nous nous dirigeons ensuite vers le Ribat. Construit à la fin du 8e siècle pour défendre la côte des incursions chrétiennes il est le plus ancien et le mieux conservé du Maghreb. Nous grimpons au sommet du nador, l'ancienne tour de guet, pour admirer la vue panoramique sur Monastir et son golfe. En retrait, on aperçoit le petit ribat Sidi Douib qui accueille des expositions temporaires et des manifestations culturelles. On domine également le très beau cimetière Sidi el-Mezri qui compte des milliers de pierres tombalesNous terminons notre visite de Monastir par la visite du mausolée de la famille Bourguiba. Sur le chemin, face à nous, un monsieur et sa calèche semble nous avoir repérés. Aussi, nous décidons de changer de trottoir pour éviter de se faire emboucaner. Notre stratagème semble ne pas le décourager le moins du monde puisque lui aussi change de trottoir. Nous rechangeons de trottoir et lui fait de même. Au jeu du chat et de la souris, pas de doute, les tunisiens sont les plus experimentés.
Nous marchons le long d'une longue esplanade et nous découvrons le mausolée avec sa coupole dorée et ses deux minarets hauts de 25 mètres. Le monument est de toute beauté mais quelque chose de plus modeste et de moins tape à l'oeil aurait été tout aussi correct. Mais bon, c'est Bourguiba, fondateur de la république tunisienne et de son indépendance. 
Vers 12h nous quittons Monastir et nous dirigeons vers Sousse. Comme la plupart de ses voisines qui longent la côte méditerranée, Sousse possède une enceinte fortifiée et son ribat. Sousse est une grande ville (la 3ème après Tunis et Sfax) et comme toute grande ville les embouteillages nous immobilisent. Nous parvenons quand même à trouver une place de parking à côté de la Poste. Après le repas, nous nous rendons dans la médina et commençons par la visite de la mosquée. Celle-ci date de 851, ne possède pas de minaret et son architecture ressemble à une caserne militaire. Nous nous rendons ensuite dans le souk qui est très animé et très coloré puis visitons le musée des arts et traditions populaires "kalaout el-Koubba" qui se trouve dans un ancien caravansérail du 10e siècle et possède une coupole unique décorée de côtés en zigzag. Pris par le temps, nous devons quitter Sousse sans avoir visité le "Dar Essid", la "zaouia Zakkak" ni le musée archéologique. Dommage !!Notre premier rendez-vous de thalasso est fixé à 16h30 à l'hôtel Lido à Nabeul et nous partons de Sousse aux alentours de 14h00. Dès notre arrivée à l'hôtel, nous enfilons le maillot de bain, prenons une serviette et descendons au hammam pour une séance de transpiration intense. Après une vingtaine de minutes, on nous enduit le corps d'argile et on termine par une séance de gommage. Le principe consiste à prendre un gant en crin et de frotter très fort tout le corps pour enlever les peaux mortes. J'ai bien cru que la masseuse allait m'arracher la peau et le reste avec. En tout cas, le résultat est spectaculaire puisque une quantité importante de mes peaux mortes apparaissent. Après cette séance de torture, nous avons droit à une séance de massage d'une 1/2 heure. On commence sur le ventre et par les pieds puis la masseuse remonte au fur et à mesure vers la tête ; puis on se retourne sur le dos et on procède par le visage pour terminer par les pieds. J'ai eu la chance de tomber sur une très bonne masseuse et je ne me suis jamais senti aussi détendu et serein. Ma femme n'a pas eu la même chance que moi et est tombée sur une masseuse beaucoup moins consciencieuse et plus rustre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :