Semaine du 20 au 26 juillet 2009 : Région Duplessis - Iles Mingan - Gaspésie

Publié le par gabyali

Lundi 20 juillet 2009 : Tadoussac - Sept Iles : 430 kilomètres pour 6 heures de route

Avant de rejoindre la rive sud du Saint-Laurent, j'ai prévu deux jours dans la région du Duplessis http://www.tourismeduplessis.com/fr/decouvrir.portrait.asp pour visiter l'archipel des mingan http://www.pc.gc.ca/fra/pn-np/qc/mingan/index.aspxau  large de Havre Saint Pierre. Comme la route est particulièrement escarpée avec des travaux assez fréquents le long du parcours, je préfère faire une halte à Sept Iles située à 3 heures de route de Havre Saint Pierre. En chemin, je décide de m'arrêter à Baie Comeau pour découvrir le nouveau parc d'aventure maritime http://www.jardindesglaciers.ca/ crée très récemment (voir plan et accès en annexe). Nous avons eu beaucoup de difficulté à trouver l'endroit et lorsque nous arrivons vers 11h30 au centre il est trop tard pour participer au parc d'aventure maritime (11h dernier délai) situé sur la 138 est en direction de Port  Cartier. Aussi, on nous propose d'assister au spectacle multimédia. Mais comme ma femme ne semble guère emballée nous décidons de reprendre la route en direction de Sept-Iles. Si vous avez un peu plus de temps que nous, n'hésitez pas à aller visiter les barrages hydroélectriques Manic-2 et Manic-5 http://www.ville.baie-comeau.qc.ca/visiter/attraits/barrages/
Nous continuons notre route sur la 138 qui recéle de très beaux paysages et notamment de nombreux lacs puis décidons de faire un arrêt au phare de Pointe-des-Monts qui se trouve entre les villages de Godbout et de Baie-Trinité. Erigé sur un îlot rocheux, ce phare construit en 1829 est le plus vieux phare de la rive nord su Saint-Laurent et le deuxième plus ancien de tout le Québec. Le prix du billet pour visiter le phare est dérisoire et si vous avez des enfants ils pourront s'amuser à découvrir un trésor caché qu'ils devront retrouver grâce à des indices. Le phare comporte 7 étages qui illustrent la vie quotidienne des autochtones et des pionniers qui ont vécu ici. http://www.pharepointe-des-monts.com/
S6001835.JPG
Nous reprenons la route en direction de Port-Cartier et nous nous arrêtons pour voir de jolis panoramas sur le Saint-Laurent (la route s'appelle d'ailleurs la route des panoramas).
S6001883.JPG
Nous faisons un arrêt au centre d'information de Port-Cartier 
http://www.villeport-cartier.com/ qui dispose d'une réserve faunique et de nombreux autres atouts. Pris par le temps, nous n'aurons malheureusement pas le temps de visiter cette ville non plus.
Nous arrivons à l'auberge de jeunesse de Sept-Iles en milieu d'après-midi dans laquelle vous pourrez trouver internet gratuitement.
http://www.aubergeletangon.net/accueil_fr.html
 
Mardi 21 juillet 2009 : Sept-Iles - Havre Saint-Pierre - Magpie : 300 km pour 4 heures de route

Hier soir j'ai téléphoné à l'auberge de jeunesse de Havre Saint-Pierre pour réserver une chambre pour cette nuit. Mais le responsable me dit qu'il ne prend pas de réservation (il semblerait que beaucoup de gens aient fait des réservations et ne soient pas venus). Néanmoins il prend mon nom. J'en profite également pour voir si des places se sont libérées pour la traversée Baie-Comeau - Matane ou Godbout - Matane mais malheureusement plus aucune place de disponible. Je vais donc être obligé de redescendre jusqu'à Forestville pour pouvoir traverser le Saguenay et rejoindre la rive sud à Rimouski. Donc, n'attendez pas comme moi le dernier moment pour faire votre réservation du traversier Baie-Comeau - Matane mais faites-la avant de partir pour le Canada.
Je sais qu'un bateau doit partir pour l'archipel des Mingan vers midi de Havre-Saint-Pierre. Nous partons de Sept-Iles vers 9 heures et arrivons à destination vers midi moins cinq. Je me précipite vers la compagnie "La relève Jomphe" et je prends 4 billets pour la famille.
http://www.tourismeduplessis.com/fr/fiche.asp?id=774792&back=visiter.croisieres.asp@list
Je demande à la personne qui vient de me vendre les billets de m'accorder 5 minutes le temps que je prenne quelques affaires dans ma voiture. Mais le temps que je revienne et je vois le bateau sortir du port sans nous. Je demande des explications à la femme qui se trouve au guichet de la compagnie mais elle semble un peu dépassée par les événements. Je demande le remboursement des billets et essaye de trouver une autre compagnie pour visiter les mingan. Mais l'autre compagnie n'a plus de places disponibles. Aussi, je me vois dans l'obligation de reprendre des billets à la relève Jomphe pour un départ à 15h45. En attendant, nous décidons de passer le temps en marchant le long de la plage qui se trouve juste à côté de la marina. Les enfants font la connaissance d'un jeune homme qui se promène avec son jeune chien. Celui-ci nous explique qu'il est originaire de la région qu'il a quitté pour trouver du travail. Mais comme la nostalgie était trop grande il est aujourd'hui de retour à Havre-Saint-Pierre où il a retrouvé son équilibre d'antan. Il faut dire qu'ici on est presque au bout du monde puisque Natashquan située à deux heures de route marque la fin de toute route goudronnée. Passé ce village il faut se déplacer soit en bateau soit en avion. Dans cette région reculée qu'est la minganie, Il est fréquent d'apercevoir des aurores boréales mais aussi un phénomène appelé bioluminiscence .
La bioluminescence est un phénomène extraordinaire à observer: des milliers de lumières vertes brillent et dansent dans la mer! Les paillettes de lumière animées, que l’on peut observer seulement la nuit, sont en fait de minuscules petits animaux qu’on appelle le zooplancton.

Ces animaux microscopiques ou visibles, ainsi que plusieurs sortes de petits poissons, crustacés, krills, larves, remontent la nuit à la surface, pour se nourrir de phytoplancton. Certains zooplanctons ont la particularité de produire de la lumière lorsqu’un frottement est produit, par exemple une vague ou un coup de pagaie!

C’est pourquoi le déferlement des vagues s’illumine d’étoiles vertes la nuit et que, derrière nos kayaks, une traînée de lumières marque notre route.
Depuis Havre-Saint-Pierre, des bateaux
http://www.relaisnordik.com/fr/home/2421.cfm partent pour l'île d'Anticosti
http://grandquebec.com/oubliez-le-boulot/tourisme-anticosti/
  où plusieurs jours sont nécessaires pour la visiter.
A 15h45 nous partons enfin pour une visite de 3 heures (2h de bateau et 1h d'arrêt sur l'île de Niapiscau). Cette visite de fin d'après-midi se fera malheureusement sans guide naturaliste de la Sépaq (alors que la croisière de midi se faisait en compagnie d'un guide). Nous commençons notre périple par l'île du Havre puis l'île du fantome. Et juste avant d'arriver sur l'île de Niapiskau nous avons l'heureuse surprise d'apercevoir des baleines en train de batifoler dans l'eau.
Puis nous débarquons sur l'île de Niapiskau où nous attendent des monolithes aux formes les plus diverses (ces étranges paysages me rappelent ceux de la Cappadoce en Turquie).
S6001847.JPGS6001848.JPGS6001850-copie-1.JPGS6001852-copie-1.JPG


Nous reprenons notre route en direction de Havre-Saint-Pierre en longeant les îles à Firmin, l'île à Calculot, l'île aux Goélands, la petite île au Marteau (site réputé pour faire de la plongée) et enfin la grosse île au Marteau http://www.diablesdesmers.qc.ca/revue_la_plongee/archipel_mingan.htm. puis arrivée au port de Havre-Saint-Pierre.
S6001863-copie-1.JPGS6001844-copie-1.JPG
Il est presque 19 heures lorsque nous arrivons. Aussi, je me rends rapidement au centre d'information pour pouvoir téléphoner à l'auberge de jeunesse contactée le matin même. Mais il semblerait que cette journée soit marquée par la malchance puisque nous n'arrivons pas à trouver un seul hébergement de disponible sur Havre-Saint-Pierre. Notre dernier recours est un gîte situé à Magpie à 1 heure de route de Havre-Saint-Pierre pour un tarif de 90$ pour la nuit pour notre famille avec petit-déjeuner inclus. Lorsque nous arrivons au gîte la nuit est en train de tomber. Sacrée journée !
http://pages.globetrotter.net/gitedutoutouila/


Mercredi 22 Juillet 2009 : Magpie - Forestville - Rimouski - Ste Anne des Monts : environ 650 km par la route pour 8 heures de route + 48 km de traversée en bateau pour 1 heure de trajet

Cette journée s'annonce être la plus fatigante de notre périple au Canada puisque nous allons passer la journée en transport et que nous devons être à Forestville avant 17h30 pour prendre le bateau qui doit nous faire traverser le Saint Laurent du Nord vers le Sud. http://www.traversier.com/ et ensuite rejoindre l'auberge de jeunesse qui se trouve à Sainte-Anne-des-Monts (soit encore presque 200 kilomètres pour 2h30 de trajet). Arrivée prévue vers 21 heures.
En attendant que toute la petite famille se réveille je vais me promener sur la plage qui se trouve à 5 minutes seulement du gîte. Cet endroit est vraiment très calme et très beau et il me rappelle la Bretagne. C'est d'ailleurs à Magpie que je découvre pour la première fois des coquillages. Mais contrairement en France leur ramassage est interdit à cause d'une toxine qui contamine les bivalves
http://croquepomme.over-blog.com/article-1253517.html. Quoi qu'il en soit, je suis tombé sous le charme de cette petite localité et je regrette vraiment de ne pas pouvoir rester plus longtemps pour y faire les quelques randonnées suggérées par notre hôte (voir en annexe quelques idées de randonnée au départ du gîte) ou descendre la rivière magpie en rafting http://www.odysseeminganie.ca/fr/rafting.html. Donc, si vous avez un peu de temps devant vous, posez-vous à Magpie pour quelques jours supplémentaires, vous ne le regretterez pas.
Après avoir avalé notre petit-déjeuner très copieux préparé par notre hôte (confitures et gateaux fais maison) nous prenons la route pour Forestville situé à 6 heures de route de là. En chemin nous prenons quand même le temps de nous arrêter à la chute Manitou. L'entrée sur le site est bien entendu payante (2$ par adulte, gratuit pour les enfants de moins de 15 ans). Deux sentiers sont proposés : un de 30 minutes A/R et un autre de 60 minutes A/R. Nous choisissons le plus court. Nous sommes à la fois ravis et impressionnés par cette cascade.
Nous arrivons à Forestville quelques minutes seulement avant l'embarquement et sommes soulagés de ne pas avoir raté le bateau. La traversée se fait sans problème et nous arrivons à Rimouski (rive sud du Saint-Laurent) vers 18h30.
Nous sommes dans les premiers à débarquer et dès la voiture à quai nous branchons notre GPS pour Sainte-des-Monts située à 2h30 de route de Rimouski. J'en profite néanmoins pour photographier un superbe couché de soleil.S6001912.JPG
La nuit est tombée lorsque nous arrivons enfin à l'auberge de jeunesse. Nous sommes reçus par la propriètaire des lieux qui a un air plutôt austère (son âge peut-être) à qui je demande de visiter la chambre où nous allons dormir. Contre toute attente, celle-ci m'explique tranquillement que le montant de la nuit a dèjà été débité sur ma carte au moment où j'ai fait la réservation et que par consèquent elle ne voit pas l'utilité de nous faire visiter la chambre puisque, que celle-ci nous plaise ou non, nous n'avons pas le choix. Comme j'ai moi-même travaillé dans l'hôtellerie je lui rappelle deux règles fondamentales : 1- elle ne peut débiter le montant de la carte de crédit que dans le cas d'un no show (le client a fait une réservation mais n'est pas venu et n'a pas justifié cette annulation). 2- le client a parfaitement le  droit de visiter la chambre et de la refuser si elle ne lui convient pas et si tel est le cas l'hôtelier n'est pas autorisé à lui débiter sa carte de crédit mais il doit faire son possible pour lui trouver une autre chambre (soit dans son hôtel soit chez un concurrent). Comme vous l'aurez compris, habituellement le client est roi. Mais à l'auberge de jeunesse de Sainte-Anne-des-Monts, le client est un pigeon et la reine c'est la gérante qui me fait comprendre de façon très clair qu'ici c'est elle qui établit les règles. Soit, et la chambre dans tout ça ? Elle est située en bas de l'auberge et lorsque nous arrivons enfin à nous allonger pour dormir, devinez quoi ? Nous entendons des bruits de pas sur le parquet de la chambre situé au-dessus de la nôtre et il nous est impossible de fermer l'oeil. Comme le bruit ne s'arrête pas je monte voir la gérante pour lui demander qu'elle fasse cesser ces bruits. Mais j'ai l'impression de pisser dans un violon.
Conclusion : Si vous pouvez éviter cette auberge de jeunesse, n'hésitez pas : fuyez ! Mais si vous tenez absolument à y dormir, prenez une chambre à l'étage et lorsque vous réservez, soyez sûr que vous dormirez bien à l'auberge car, comme vous l'aurez compris, que vous y dormiez ou non, vous paierez quand même la nuit.

 

Jeudi 23 Juillet 2009 : Sainte-Anne-des-Monts - Cap-aux-os : environ 200 kilomètres pour 3 heures de route

 

Avant de rejoindre Cap-aux-os dans le  parc du Forillon, nous hésitons entre nous rendre visiter le parc à éolienne http://www.eolecapchat.com/ ou faire de l'accrobranche dans les arbres http://www.arbreenarbre.com/. Ces deux sites se trouvent à Cap Chat et sont face à face. Nous décidons de privilégier les sensations fortes et optons pour l'accrobranche. Nous nous arrêtons à l'accueil pour savoir si notre jeune fils de 6 ans peut participer avec nous et son frère. La condition sine qua non est qu'il fasse 1,40 mètre les bras levés. Il arrive pile poil à cette hauteur et nous sommes contents de pouvoir faire cette activité tous ensemble. Après avoir enfilé nos baudriers et attendus que le groupe nous précédant ait terminé (nous commencerons 30 minutes plus tard que l'horaire prévue lors de l'achat de nos billets), nous suivons les consignes de sécurité données par l'animateur puis nous mettons en pratique ses consignes sur un petit parcours d'initiation.  Puis, nous sommes ensuite livrés à nous-mêmes. Nous faisons d'abord le parcours "découverte" avec les enfants puis nous continuons sans les enfants le parcours "sensation" et finissons enfin par le parcours "émotion" qui se termine par une tyrolienne qui est l'apothéose d'une matinée riche en émotions.

La route que nous empruntons pour rejoindre le parc Forillon est particulièrement escarpée et sinueuse et nous rappelle un peu celle qui relie les villes de Saint-Denis au Port sur l'île de la Réunion. En effet, les pierres ont été arrachées aux montagnes pour laisser place à la route. Mais les montagnes qui se trouvent au bord de la route sont toujours présentes et des filets de protection ainsi que des éboulements de pierres viennent nous rappeler que celle-ci est encore menaçante. Surtout, avant d'emprunter cette très belle route, n'oubliez pas de faire le plein car nous avons failli tomber en panne d'essence car il n'y a quasiment pas de station d'essence entre Sainte-Anne et Cap-aux-os.

Nous arrivons sous la pluie à l'auberge de jeunesse de Cap-aux-os http://www.aubergeforillon.com/ que nous vous conseillons vivement (équipe dynamique, chambres pas chères, repas avec spécialités gaspésiennes, animations avec Gilles le patron de l'auberge...). Lors de notre arrivée, Gilles revenait tout juste d'une observation de castors. Il nous dit que demain vendredi il prévoit une sortie gratuite pour l'observations des phoques. Nous nous inscrivons immédiatement pour le lendemain matin. Avant de souper nous faisons un petit tour du côté de la plage de Penouille qui est magnifique.

  

Vendredi 24 juillet 2009 : Observation des phoques - Randonnée dans le parc du Forillon

 

Comme convenu la veille nous partons avec Gilles pour une observation de phoques dans leur milieu naturel. Nous nous dirigeons en direction du parc de Forillon puis nous nous garons le long de la route qui jouxte une forêt. L'endroit n'est  connu que par quelques personnes seulement et c'est un privilège incroyable que de traverser cette forêt (nous croisons sur le chemin des journalistes canadiens venus faire un reportage sur la faune locale) qui débouche sur le bord de mer. En contrebas, nous apercevons un phoque gris en train de faire bronzette au soleil sur un rocher. Puis, à quelques mètres seulement de nous, nous observons trois ou quatre phoques qui sortent de l'eau et qui nous observent eux aussi. Le spectacle est vraiment magique et pouvoir observer ces animaux d'aussi près est vraiment exceptionnel. C'est à contrecoeur que nous partons.

S6002134.JPG

Nous nous dirigeons vers le parc du Forillon (entrée payante comme d'hab) où nous décidons de suivre le sentier Les Graves qui va nous mener jusqu'au Cap Gaspé. Cette randonnée se fait facilement avec des enfants, le tronçon le plus difficile se situe juste avant d'arriver au phare qui domine le Cap Gaspé. Une fois en haut, la vue est époustouflante avec la mer à perte de vue et, si vous avez de la chance, la possibilité d'observer au large des baleines.

S6001934.JPG

Au niveau du phare nous empruntons un sentier en cul-de-sac qui descend vers la falaise et où un promontoire a été installé juste au-dessus de la mer. Là aussi, la vue y est spectaculaire (mais toujours pas de baleines à l'horizon). En remontant vers le phare, j'aperçois subrepticement un ourson qui se promène seul dans la forêt. La rencontre n'aura duré que quelques secondes mais celle-ci sera peut-être l'occasion d'autres rencontres fortuites au cours de la journée. Et, en effet, lors de notre retour vers la 132, nous entendons des bruits caractéristiques des baleines. Nous sommes tous excités et ne cessons pas de scruter l'horizon pour observer ces mammifères si majestueux. Avant de retourner à l'auberge de jeunesse nous faisons un petit arrêt à l'Anse-Blanchette où se trouve une maison typique des années 1920 d'un pêcheur-cultivateur et que l'on peut visiter de 10h à 17h.

S6001939.JPG

Nous faisons également une petite halte au centre récréatif où se trouvent une piscine chauffée, des cours de tennis et un restaurant-terrasse. Nous terminons cette journée par une petite balade à "la chute" qui se situe en bordure de la 132 en direction de Ste-Anne-des-Monts et à seulement quelques kilomètres du parc Forillon. Balade très facile où l'on peut observer une chute d'eau.

Nous terminons cette magnifique journée par un dîner à l'auberge de jeunesse typiquement gaspésien et composé de homard. Sachez que la Gaspésie est également un endroit incontournable pour observer les baleines (d'ailleurs si c'était à refaire je pense que j'aurais fait ma croisière en Gaspésie plutôt qu'à Tadoussac)

www.baleines-forillon.com

www.excursionforillon.ca

S6001940.JPG

 

Samedi 25 juillet 2009 : Cap-aux-Os / Gaspé / Percé : environ 100 kilomètres pour 1h30 de route

 

Avant de partir de Cap-aux-Os nous avons pris nos billets auprès de l'auberge  de jeunesse pour la croisière sur l'île Bonaventure à Percé. Sachez seulement que vos billets ne seront valables que pour la compagnie partenaire de l'auberge de jeunesse. Lorsque vous voudrez partir de l'île Bonaventure vous ne pourrez pas emprunter d'autres navettes mais seulement celle inscrite sur vos billets. Vous comprendrez plus bas (journée du dimanche 26 juillet) pourquoi j'insiste sur ce détail.

Lorsque nous partons de Cap-aux-os il pleut abondamment. Nous arrivons à l'auberge de jeunesse de Percé http://www.lamaisonrouge.ca/fr/index.html avant midi et nos lits ne sont pas encore disponibles. Aussi, comme la pluie ne cesse de tomber, nous décidons d'aller visiter le magasin général des années 1928 http://www.magasinhistorique.com/  http://www.magasinhistorique.com/depliant/depliantgrand.html situé à une dizaine de kilomètres de Percé. Mais il semblerait que nous ne soyons pas les seuls à avoir eu cette idée. Le magasin est plein à craquer et une fois à l'intérieur nous réalisons que payer pour voir des vieilles boites de conserve et de vieux objets ne nous emballe pas vraiment. Aussi, nous nous faufilons ni vu ni connu et jetons un rapide coup d'oeil sur l'ensemble des pièces du magasin. Vraiment rien de transcendant ! Nous repartons vers l'auberge de jeunesse où nous nous installons dans un dortoir (seule et unique fois pendant tout notre voyage au Canada) situé en annexe dans une ancienne grange et faisons connaissance avec les touristes qui se sont tous réunis dans la pièce commune. Vive la promiscuité ! Nous profitons de cette journée pluvieuse pour écrire quelques cartes postales. Sachez que si vous avez des enfants, mieux vaut réserver une chambre privée à 75$ (les enfants de moins de 12 ans ne payent pas) plutôt que le dortoir où vous devrez payer 100$ (4x25$) et où vous serez plus à l'étroit. Aussi, n'hésitez pas à réserver le plus tôt possible surtour pour la période estivale.

S6001945.JPG

 

Dimanche 26 Juillet 2009 : Ile de Bonaventure - Kayak sur la rivière Bonaventure - Pointe-à-la-Garde : environ 230 kilomètres pour 3h30 de route

 

Ce matin nous prenons le premier bateau pour l'île Bonaventure. Mais avant d'arriver sur l'île nous passons devant le fameux rocher Percé http://membres.multimania.fr/revasse/histoire.html.

canada2009-057-copie-1.jpgAvant il était possible de se rendre à ses pieds en marchant par une bande de terre lors de la marée basse mais suite à un accident c'est aujourd'hui devenu impossible. Dommâge ! Nous nous approchons de l'île Bonaventure où nous commençons à apercevoir les fous de Bassan. Ils sont des milliers à venir ici pour se reproduire et c'est pourquoi c'est le seul endroit au monde où l'on peut en trouver autant http://www.thecanadianencyclopedia.com/index.cfm?PgNm=TCE&Params=f1ARTf0003152

Plusieurs chemins pédestres permettent de visiter l'île. Nous choisissons le plus rapide et le plus court (un peu près 1h30 aller/retour) en compagnie de deux amies canadiennes rencontrées la veille à l'auberge de jeunesse et avec qui nous avons sympathisé. L'une d'entre elles nous fait même découvrir quelques plantes locales et notamment une qui possède la particularité de faire des sauts lorsque l'on appuie sur ses extrémités. Très intéressant et rigolo. Nous arrivons enfin à l'extrémite de l'île où nous pouvons apercevoir à seulement quelques mètres de nous les fous de Bassan qui ne semblent pas trop dérangés par notre présence. Malgré une odeur nauséabonde, je savoure ce moment avec délectation et observe pour quelques instants inoubliables ces oiseaux dans leur vie quotidienne.

S6001949.JPG 

Nous faisons demi-tour et arrivons au moment où un bateau se trouve à quai prêt à partir. Nous présentons notre billet mais, contrairement à ce que l'on nous avait dit à l'aller, nous ne pouvons pas prendre ce bateau mais attendre un bateau de la compagnie avec laquelle nous sommes arrivés. J'ai prévu une descente en kayak sur la rivière Bonaventure et le dernier départ de la journée est à 15h30 http://www.cimeaventures.com/la-familiale_p_36_2.php sachant qu'il ya environ deux heures de route pour aller jusqu'à Bonaventure. Après beaucoup de difficultés pour trouver l'entrée du site nous arrivons pile à 15h30 pour faire cette descente. On nous propose de prendre deux kayaks (en fait on ne nous a pas vraiment laissé le choix). Je prends mon fils cadet âgé de 6 ans et ma femme prend notre fils aîné âgé de 9 ans. Dès le début, ma femme et mon fils aîné sont dans la galère car ils ne sont pas coordonnés et ne comprennent pas que pour se diriger à droite il faut pagayer à gauche et vice et versa. Comme ils se retrouvent bloqués sur le bord de la rivière, la tension commence à monter entre mon fils et sa mère et je dois quitter mon embarcation pour aller les débloquer. Cette même scène se reproduira à plusieurs reprises. Du coup, pour faire les 9 kilomètres nous ne mettrons pas les deux heures que Cime prévoit mais au moins une heure de plus. Il faut dire qu'à cette période de l'année la rivière est très calme et il n'y a quasiment pas de courant pour nous soulager de pagayer. Cette descente a été un enfer interminable. Nous pensions voir des membres de Cime pour nous aider et nous indiquer le chemin mais nous n'avons vu personne jusqu'à l'arrivée. Aussi, je vous déconseille cette descente en kayak qui est un vrai calvaire. Si vous voulez vraiment la faire, essayez de voir s'il est possible de prendre plutôt un seul canot pour 4 personnes.

Nous nous dirigeons vers l'auberge de jeunesse du château Bahia  http://www.chateaubahia.com/. Lorsque nous arrivons la nuit commence à tomber ainsi que la pluie. Nous décidons de prendre le repas préparé par notre châtelain.

L'ambiance est particulière et on a l'impression de se retrouver plusieurs siècles en arrière. En tout cas, on est pas déçu du voyage. Beau château ,certes un peu kitsch, mais je vous recommande cette adresse hors du commun.

 

Publié dans Canada

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

nike air max 90 09/04/2010 04:17



Toutes les photos sont sublimes!


Merci pour le partage!